Disclaimer: You are using Google Translate. The ICESCO is not responsible for the accuracy of the information in the translated language .

votre avis

Commentaires des utilisateurs

Dans l’ensemble, dans quelle mesure êtes-vous satisfait du site Web ?

    Extrêmement insatisfait Extrêmement satisfait

    En présence du Président Elsisi et sous ses auspices : Lancement au Caire des travaux de la Conférence générale de l’ICESCO et du Forum mondial de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique

    8 décembre 2021

    S.E. le Président AbdelFattah Elsisi, Président de la République Arabe d’Égypte, a inauguré, mercredi 8 décembre 2021, les travaux de la 14e session de la Conférence générale de l’Organisation du Monde Islamique pour l’Éducation, les Sciences et la Culture (ICESCO), et la deuxième session du Forum mondial de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, que l’Égypte accueille sous les auspices du Président Elsisi.

    La cérémonie d’ouverture a été marquée par une présence de haut niveau avec la participation des ministres chargés de l’Éducation, de la Culture et de la Recherche scientifique et des délégations d’un certain nombre d’États membres de l’ICESCO.

    Dans son discours lors de la cérémonie, Dr Khaled Abdel Ghaffar, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et Président de la Commission nationale égyptienne pour l’éducation, les sciences et la culture, a souligné que l’accueil par l’Égypte des deux événements majeurs reflète son souci et son engagement d’échanger les expériences et les savoirs, et de renforcer le principe du travail conjoint, de la coopération et de la coordination entre les institutions et les organisations internationales et régionales spécialisées similaires. Et d’ajouter que ces événements sont la preuve des efforts incessants de son pays pour investir dans les domaines de l’éducation, des sciences et de la culture, de suivre le rythme des changements économiques et de développer les capacités compétitives sur le marché du travail et les métiers de demain, à la lumière des transformations numériques constantes que connaît le monde.

    Dr Abdel Ghaffar a également parlé des révolutions technologiques dont le monde a été témoin, notamment la quatrième révolution industrielle marquée par les connaissances numériques, les applications de l’intelligence artificielle et la robotique, ainsi que la cinquième révolution, qui se distingue par l’intelligence indépendante et l’utilisation de nouvelles technologies, afin de réduire la pollution, le réchauffement climatique et la désertification, la réconciliation de l’Homme avec la machine, au service des objectifs du développement.

    Dans son allocution, Dr AlMalik, Directeur général de l’ICESCO, a exprimé ses remerciements à la République Arabe d’Égypte, pour avoir accueilli la 42e session du Conseil exécutif, et à S.E. le Président Abdel Fattah Elsisi, pour son honorable parrainage de ces deux événements majeurs.

    Il a aussi salué le développement de l’enseignement supérieur en Égypte, et de ses établissements qui sont en cours de modernisation pour atteindre la Vision 2030 et suivre les transformations numériques actuelles.

    Le Directeur général de l’ICESCO a indiqué que les universités jouent un rôle centralة car elles constituent des incubateurs d’innovation, des pôles de savoirs actuels et des champs de la créativité et de la production. Et de souligner qu’il est primordial d’envisager l’avenir, d’anticiper ses besoins et ses issues, de parier sur les sciences de demain et les applications de l’intelligence artificielle, et d’investir dans les sciences spatiales, en étant un élément hautement important pour déterminer les voies du développement durable.

    Et d’ajouter en ces mots : « L’université du 21e siècle doit remplir quatre conditions pour suivre le rythme des évolutions et des mutations de l’époque, à savoir : agir avec beaucoup de liberté et d’indépendance, atteindre la durabilité des sources de financement, former des jeunes diplômés dans les spécialités de demain, et enfin établir des partenariats durables avec les grandes institutions économiques, industrielles et technologiques aux niveaux local et international. » Et il a indiqué que les universités du monde islamique doivent moderniser leurs mécanismes d’action et investir dans le capital humain, le plus important indicateur de développement.

    Au terme de son allocution, Dr AlMalik a réitéré l’engagement de l’ICESCO et de la Fédération des Universités du Monde islamique (FUMI) de soutenir les efforts des universités du monde islamique afin de réaliser les objectifs de développement durable, en créant des chaires scientifiques, en élargissant le cercle de la recherche scientifique, en soutenant les centres d’innovation, en octroyant des bourses aux étudiants, et en développant les mécanismes de coopération et de complémentarité entre les universités membres. Il a également réaffirmé leur entière disposition à établir des partenariats intelligents, en espérant qu’un grand nombre d’universités des États membres se classent, d’ici 2030, parmi les universités les plus prestigieuses du monde.

    Articles les plus récents