Avis de non-responsabilité : vous utilisez Google Translate. L'ICESCO n'est pas responsable de l'exactitude des informations dans la langue traduite.

votre avis

Commentaires des utilisateurs

Dans l’ensemble, dans quelle mesure êtes-vous satisfait du site Web ?

    Extrêmement insatisfait Extrêmement satisfait

    Examen de la promotion de la coopération entre l’ICESCO et le Gabon en matière de développement social

    12 novembre 2021

    Le Secteur des Sciences sociales et humaines relevant de l’Organisation du Monde Islamique pour l’Éducation, les Sciences et la Culture (ICESCO), et le Ministère des Affaires sociales et des Droits de la Femme du Gabon, ont tenu une réunion aux fins de discussion des mécanismes de promotion de la coopération en matière de développement social, de renforcement des capacités des filles et des femmes, de formation des jeunes au leadership et de lutte contre le décrochage scolaire des filles.

    Au cours de la réunion, qui s’est tenue jeudi 11 novembre 2021 par visioconférence, Mme Prisca Nlend Koho, Ministre gabonaise des Affaires sociales et des Droits de la Femme, s’est dite satisfaite de l’étroite coopération de son pays avec l’Organisation, en se félicitant tant des résultats de la visite officielle de Dr Salim M. AlMalik, Directeur général de l’ICESCO, au Gabon en octobre dernier que de ses entrevues avec de hauts responsables gabonais, et en affirmant le souhait de son pays de développer la coopération avec l’Organisation dans ses domaines d’activité.

    Pour sa part, Mme Sally Mabrouk, Directrice du cabinet du Directeur général, a transmis les salutations de ce dernier à Madame la Ministre, en saluant les efforts déployés par celle-ci en vue de promouvoir le développement social et humain et de renforcer les droits des femmes au Gabon.

    De son côté, Mme Ramata Almamy Mbaye, Directrice du Secteur des sciences sociales et humaines, a passé en revue nombre de programmes et d’activités mis en œuvre par ledit Secteur dans lesquels les deux parties pourraient collaborer, notamment ceux ayant trait à la protection des filles et des femmes, le renforcement de leurs capacités et la promotion de la culture de paix et de citoyenneté.

    À l’issue de la réunion, les deux parties ont convenu de poursuivre la mise en œuvre des divers activités et programmes et d’organiser des réunions de suivi périodiques.

    Articles les plus récents