Avis de non-responsabilité : vous utilisez Google Translate. L'ICESCO n'est pas responsable de l'exactitude des informations dans la langue traduite.

votre avis

Commentaires des utilisateurs

Dans l’ensemble, dans quelle mesure êtes-vous satisfait du site Web ?

    Extrêmement insatisfait Extrêmement satisfait

    L’ICESCO publie une étude sur l’évolution de l’intelligence artificielle et les dispositions de protection des droits et des libertés fondamentaux

    16 septembre 2020

    L’Organisation du Monde Islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ICESCO) a publié une étude de recherche sur l’utilisation des applications de l’intelligence artificielle pour enrayer la pandémie de COVID-19, en examinant le rôle de ces applications dans la prédiction, le diagnostic et le traitement post-exposition, en plus de leur importance dans le suivi et le contrôle. L’étude a également indiqué l’importance d’assurer la mise en conformité de ces applications avec les législations nationales des pays, les lois internationales et la convention sur la protection de la vie privée et des libertés fondamentales, et les défis de l’encadrement juridique pour protéger les données personnelles dans les applications de l’intelligence artificielle.

    Ladite étude intitulée « L’évolution de l’intelligence artificielle et les dispositions de protection des droits et des libertés fondamentaux » s’interroge : est-ce qu’il est temps de dire adieu à la vie privée ? En soulignant l’importance d’équilibrer entre le droit inhérent de l’être humain à la liberté et le besoin de l’Etat de protéger ses individus et d’assurer leur sécurité. L’étude a aussi fourni un certain nombre d’observations et de recommandations, en vue de tracer des lignes claires, pour l’utilisation des technologies modernes, y compris les applications de l’intelligence artificielle.

    La même étude a indiqué que les applications de l’intelligence artificielle ont révélé de nombreuses lacunes et failles, plus ou moins graves, certaines d’entre elles affectent la stabilité et la sécurité de l’individu et de la société, en citant l’avalanche d’infox concernant l’épidémie, et le grand nombre d’études et d’articles ne reposant sur aucune science. Et d’indiquer la nécessité de protéger les gens des dangers de la falsification des informations.

    En outre, l’étude a souligné que l’intelligence artificielle offre des opportunités prometteuses et innovantes afin de surmonter les difficultés et les défis auxquels les humains sont confrontés dans leur vie, si elle est bien utilisée pour servir le bien de l’humanité. Toutefois, l’étude a précisé qu’il est nécessaire d’invoquer la dimension morale et éthique comme guide de base pour contrôler la cadence rapide de l’innovation et du développement, à travers des cadres réglementaires plus puissants qui protègent l’homme de l’arbitraire de la technologie ainsi que de sa domination et violation de sa vie personnelle.

    Ladite étude a aussi révélé la nécessité de développer des moyens réglementaires innovants et intelligents qui soient au diapason du développement technologique et portent sur ses aspects, en faisant référence à l’ampleur des défis qui pèsent sur l’idée d’élaborer une loi y afférente et une réglementation en général, à la lumière de ces nouvelles situations sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Et d’indiquer que la pandémie de COVID-19 a montré des lacunes dans la législation juridique, qui ne suit pas le rythme du développement technique, ni l’étudie et l’anticipe.

    Cette étude a en outre annoncé que nombre d’Etats membres de l’ICESCO ont réussi à concilier l’utilisation de l’intelligence artificielle et les législations, à travers l’élaboration de textes réglementaires et la mise en place d’institutions de gouvernance à cet effet. Elle a également salué la nouvelle loi pour la protection des données personnelles en Indonésie, la politique de protection des données personnelles dans le Royaume d’Arabie Saoudite, la protection des données personnelles aux Emirats Arabes Unis, les dispositions de protection de la vie privée dans la loi marocaine et les mécanismes de protection des données personnelles,  ainsi que l’application « I’hmi » (Protège) et la protection de la vie privée dans la loi tunisienne.

    Cette étude, élaborée par le Département des Affaires juridiques de l’ICESCO, relève de la prise de conscience par l’Organisation des transformations en cours imposées par la pandémie, et le suivi du rythme des idées, expériences et techniques employées pour enrayer et mettre fin à cette pandémie. Il s’agit notamment des applications de l’intelligence artificielle, qui ont fait l’objet d’un débat général lors de la pandémie, et ont suscité des interrogations sur leur soumissions à la loi et le respect de la vie privée et des libertés personnelles.

    A noter que l’Organisation s’emploie à adapter les législations aux progrès technologiques, à travers l’élaboration d’un guide d’éthique de l’intelligence artificielle dans le monde islamique. Il s’agit du premier projet en son genre dans la région, et dont les grandes lignes seront soumises au Conseil exécutif de l’ICESCO, dans le cadre de l’approche participative adoptée par l’Organisation avec ses Etats membres.

    L’intégralité de l’étude « L’évolution de l’intelligence artificielle et les dispositions de protection des droits et des libertés fondamentaux » est disponible sur le site web de l’ICESCO, via le lien suivant : www.icesco.org/wp-content/uploads/2019/12/Ai-developements.pdf

    Articles les plus récents