Avis de non-responsabilité : vous utilisez Google Translate. L'ICESCO n'est pas responsable de l'exactitude des informations dans la langue traduite.

votre avis

Commentaires des utilisateurs

Dans l’ensemble, dans quelle mesure êtes-vous satisfait du site Web ?

    Extrêmement insatisfait Extrêmement satisfait

    L’ISESCO appel à tenir un forum international afin d’élaborer une stratégie pour la promotion des conditions humanitaires

    9 décembre 2019

    **Dr AlMalik : Dans notre monde islamique, il existe de nombreuses opportunités pour un avenir prometteur, si elles sont bien exploitées

    **L’ISESCO facilite l’inclusion sociale et le développement des valeurs islamiques de solidarité

    Dr Salim M. AlMalik, Directeur général de l’Organisation islamique pour l’Education, les Sciences et la culture (ISESCO), a appelé à la tenue d’un forum international en 2020 au siège de l’Organisation à Rabat, avec la participation des organisations régionales et internationales ainsi que des organisations de la société civile œuvrant dans le domaine du développement social, dans l’optique d’élaborer une stratégie intégrée pour la promotion des conditions humanitaires et sociales, ainsi que le soutien des Etats membres à tenir leurs engagements de réaliser les Objectifs de Développement durable (ODD) 2030.

    Il s’agit d’une allocution prononcée par Dr AlMalik lors de la séance d’ouverture de la Conférence ministérielle islamique sur le Développement social, dont les travaux ont été lancés aujourd’hui à Istanbul (Turquie), en présence de S.E. Recep Tayyip Erdoğan, Président de la République de Turquie, sous le thème : «Garantir l’égalité sociale et le bien-être de tous dans les Etats membres : opportunités et défis»

    Au début de son intervention, le Directeur général a apprécié le thème de la Conférence qui comporte les termes « égalité » et « bien-être » faisant référence à deux principaux ODD de 2030, et qui mène à s’interroger sur le progrès réalisé par les Etats islamiques concernant leurs engagements de réaliser les dix-sept ODD. « Après avoir parcouru depuis 2015 le tiers de la durée qui nous sépare de 2030, quelle stratégies et mesures urgentes faut-t-il adopter pour accélérer la cadence de ce progrès » a-t-il ajouté.

    « Comment remédier à notre retard par rapport aux pays développés alors que les Etats du monde islamique n’ont consacré à la recherche scientifique et au développement que 0,4% de leur PIB, dans un monde où les brevets d’invention dans les domaines de la nouvelle technologie et de l’intelligence artificielle ont augmenté de mille pour cent au cours des vingt-cinq dernières années » s’est-il interrogé.

    Dr AlMalik a poursuivi que : « Les pays du monde, y compris nos Etats musulmans, se sont engagés à atteindre le quatrième ODD lié à l’éducation. Toutefois, nous constatons que plus de 64 millions d’enfants sont en dehors du système scolaire pour des raisons sociales et économiques », tout en ajoutant que le taux d’analphabétisme a atteint les 40% dont les femmes et les enfants représentent 65%, et que le mariage des mineures dans le monde islamique est un phénomène regrettable, une triste réalité et une cause majeure qui prive les filles de poursuivre leur éducation et engendre leur isolement social.

    Il a précisé que les pays du monde se sont engagés à atteindre le premier et le deuxième ODD liés à l’éradication de la pauvreté et de la faim, cependant, l’extrême pauvreté est toujours répandue dans le monde islamique, où 16% de sa population vit avec moins de deux dollars par jour, tout en ajoutant qu’une diminution de ce taux reste difficile dans le court terme dans de nombreuses régions d’Afrique et d’Asie occidentale, où la malnutrition a atteint un taux de 12% de la population totale.

    Le Directeur général a prévenu que : « dans un monde où les conflits, les catastrophes naturelles et les flux migratoires sont de plus en plus importants, et selon le rapport du Bureau de coordination des affaires humanitaires relevant des Nations Unies, en 2020 plus de 168 millions de personnes auront besoin d’assistance et de protection, un nombre record qui sera enregistré dans ce domaine depuis des décennies ».

    Il a ajouté que malgré ces conditions et cette situation, le monde islamique dispose de plusieurs opportunités pour un avenir prometteur au profit des générations actuelles et futures, à condition de les exploiter rationnellement. Il s’agit de la forte proportion de jeunes et d’enfants caractérisant sa démographie, des talents surdoués qui ont besoin d’être reconnus et de démontrer leurs talents, et de hautes compétences scientifiques et techniques, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de ces pays, qui peuvent contribuer fortement à la promotion du développement technologique et de la recherche scientifique avancée dans nos pays.

    Dr AlMalik a souligné que la situation actuelle témoignée par des faits et des chiffres nous oblige à accorder davantage d’intérêt et à renforcer notre engagement, et nous exhorte à orienter notre action vers la recherche de solutions efficaces et durables aux problèmes humanitaires et sociaux. « Par voie de conséquence, nous devons tous, étant donné que la communauté internationale s’apprête à célébrer le 10 décembre la Journée des droits de l’homme, assumer nos responsabilités dans la réalisation du développement social de nos peuples, conformément à une approche globale des droits de l’homme qui estime que la pauvreté, l’analphabétisme, les désavantages éducatifs, l’exclusion sociale sous toutes ses formes, la malnutrition, l’insuffisance d’eau potable, la dégradation des conditions sanitaires, et le non-respect de l’environnement constituent une violation flagrante des droits de l’homme » a-t-il précisé.

    Par ailleurs, il a souligné que l’ISESCO a développé une nouvelle vision par laquelle elle vise à devenir un phare rayonnant à l’échelle internationale, anticipant les questions de développement humain et reposant sur l’éradication de la pauvreté et la lutte contre l’extrémisme et le discours de haine. Il s’agit d’une vision axée sur l’homme et qui respecte l’environnement et préserve la dignité de tous sur un pied d’égalité.

    Dr AlMalik a précisé que dans le cadre de cette vision, l’ISESCO réitère son engagement à mieux soutenir les Etats membres, à travers l’élaboration d’un système propre aux Etats du monde islamique qui consiste à mesurer l’indice de développement durable dans ces Etats, analyser les disparités entre eux, évaluer les mutations sociales et élaborer une stratégie globale de lutte contre la pauvreté, dans l’optique de contribuer au développement durable, de renforcer la paix pour le bien de l’humanité toute entière et de promouvoir une éducation qui valorise la diversité, les arts et le sport pour l’édification de sociétés inclusives.

    De même, il a ajouté : « Nous saluons et reconnaissons les efforts déployés par nos Etats membres dans le domaine du développement social, et nous affirmons que l’ISESCO œuvre à faciliter l’inclusion sociale, économique et de solidarité, en particulier au profit des plus démunis, et à promouvoir les valeurs islamiques de solidarité et d’initiative.

    Dans la même veine, il a appelé à ce que les résolutions issues de cette Conférence mettent l’accent sur la satisfaction des besoins réels de nos sociétés, la promotion de la coopération avec les institutions internationales pilotes en matière de développement et d’action humanitaires, dans le but de renforcer la collaboration et la complémentarité dans nos actions, d’adopter une approche intégrée pour la lutte contre la pauvreté, l’extrémisme et la violence, et de susciter davantage d’harmonie et d’efficience en vue d’améliorer le niveau de vie des individus et d’assurer une inclusion équitable pour le bien-être de tous. 

    Articles les plus récents